Mix Électrique et Garanties d’Origine : qu’est-ce que c’est ? Comment fonctionnent-ils ?

Qu’est-ce que les Garanties d’Origine de l’Électricité ? Comment fonctionne le Mix Électrique Français ? Ce sont des questions importantes, et c’est pour cette raison que nous avons travaillé avec notre partenaire Ekwateur pour vous offrir un dossier complet sur le sujet.

Mix électrique et garanties d’origine : qu’est-ce que c’est ? Comment fonctionnent-ils ?


Comment différencier l’électricité issue du nucléaire ou des centrales thermiques de celle issue des énergies renouvelables (éolien, solaire, hydraulique) ? J’ai opté pour un fournisseur d’énergie renouvelable. Comment savoir si je suis vraiment alimenté-e en énergie verte ou si c’est juste du « greenwashing » ?

Toutes ces questions sont très légitimes. ekWateur, fournisseur d’énergie renouvelable, vous apporte des clés de compréhension, et ce en toute transparence.

Qu’est-ce que le mix électrique français ? Comment ça marche ?


En France, il n’existe qu’un seul réseau électrique. Celui où circulent l’électricité issue du nucléaire, des centrales thermiques, de l’hydraulique, de l’éolien, du solaire produite en France et aussi à l’étranger, car le réseau français est interconnecté avec celui de ses voisins ! Concrètement, il n’est pas possible de les différencier lorsqu’elles arpentent le seul et unique réseau électrique français. Physiquement, l’électricité qui sort de votre prise est simplement celle qui a été produite le plus « près » sur le réseau.

Quelles énergies composent le mix électrique français ? 


L’électricité est une énergie « finale » achetée par le consommateur pour la transformer en énergie utile (la lumière de votre lampe, la chaleur de votre chauffe-eau, etc.). Elle est elle-même produite à partir de sources d’énergie « primaire » qui sont directement obtenues à partir des ressources naturelles. La conversion d’énergie primaire en énergie secondaire induit des pertes : par exemple, pour produire 1 MWh d’électricité à partir de charbon, il faut brûler 3 MWh de charbon dont 2 seront dissipés en chaleur dans l’air lors du processus de production de la vapeur destinée à produire l’électricité. 

Pour mesurer la contribution de chaque source de production d’électricité à la production d’électricité d’un pays, une manière commode de présenter les choses est simplement de montrer la part de chaque énergie dans l’électricité produite. C’est ce qu’on appelle le « mix » de production d’électricité. En France en 2019, le mix électrique français était le suivant d’après les données de RTE :


On voit par exemple que 7,9% de l’électricité produite l’a été à partir d’énergie thermique (charbon, gaz, fioul). Mais cela ne donne pas la quantité de ces combustibles qu’il a fallu brûler pour obtenir cette électricité. 

L’analyse de ce mix permet de formuler plusieurs constats : 

  • 70% de l’électricité française sont produits à partir de l’énergie nucléaire
  • Seuls 8% sont produits à partir d’énergie thermique émettrice de CO2. C’est pourquoi le mix français est très peu « carboné »
  • Les énergies renouvelables représentent les 22% restants, dont la moitié est de l’hydraulique.


Comment fonctionne le mix instantané de production ?


Cette analyse basée sur le total de l’énergie produite pendant un an est à compléter par la vision plus complexe du mix instantané de production : par exemple, lors d’une pointe de consommation comme à 19h ce jeudi 7 janvier 2021, la plupart des moyens disponibles sont mobilisés et la France a donc recours à des imports depuis les autres pays (données RTE Eco2mix).


À l’inverse, lors d’un creux de consommation, la plupart des moyens sont à l’arrêt et la France exporte.

On le voit, la réalité du mix de production électrique est mouvante et tous les types d’énergie y sont mélangés

Dès lors, comment un fournisseur d’énergie verte peut-il vous proposer de l’énergie renouvelable sans mentir ? Étant donné que nous ne vivons pas dans un monde où tout est magique, il est compliqué d’imaginer que les électrons qui arrivent chez vous soient effectivement verts. Il a donc fallu trouver un système qui puisse garantir que, lorsque vous optez pour une offre d’énergie renouvelable, vous souteniez bien la production d’énergies vertes. Dites bonjour aux garanties d’origine ! 

Qu’est donc que les garanties d’origine ?


Il s’agit tout simplement d’un certificat de traçabilité émis par les États au profit des producteurs d’énergie renouvelable. Le but étant de pouvoir suivre le parcours de cette énergie renouvelable ainsi que la quantité injectée sur le réseau électrique français. Tous les kWh d’électricité produits par des panneaux solaires, des éoliennes ou encore des barrages hydroélectriques ont donc un certificat qui garantit leur origine renouvelable. Ce certificat comprend notamment les informations suivantes : 

  • La filière de production
  • Le lieu de production
  • La date de production


Il est également important de noter que les Garanties d’origine sont publiques et gérées par un organisme indépendant

Comment fonctionne le système des garanties d’origine ?


Ainsi pour chaque kWh produit via une source d’énergie renouvelable en Europe, un certificat est généré. Ce certificat appartient aux producteurs d’énergie renouvelable, sauf pour les installations bénéficiant d’un soutien public (tarif d’achat, complément de rémunération…) : c’est alors la puissance publique concernée qui récupère le certificat et peut décider de le mettre aux enchères, comme c’est le cas en France depuis 2019. Les certificats peuvent ensuite être achetés par des fournisseurs d’énergie verte tels qu’ekWateur

Les garanties d’origine sont valables un an après émission. C’est donc pendant cette période que les fournisseurs doivent les utiliser sur leur registre après les avoir achetées : ces garanties d’origine sont « annulées » afin de montrer que l’énergie produite a bien été consommée et cela permet de s’assurer que pour chaque kWh d’énergie que nos client-e-s consomment, un kWh d’énergie verte a bel et bien été injecté sur le réseau électrique et qu’il n’a été attribué qu’à elles/eux.

Ainsi, nous pouvons vous garantir que vous soutenez bel et bien la production d’énergie renouvelable : les GOs (garanties d’origine) apportent une rémunération complémentaire aux producteurs, ou aident à financer le soutien des installations par les pouvoirs publics.

Les garanties d’origine : un système décrié


Les garanties d’origine sont, actuellement, la seule solution pour vous assurer que vous avez bien souscrit à une offre d’énergie renouvelable et que de l’énergie verte a été injectée sur le réseau à hauteur de ce que vous avez consommé. Sans ce système-là, il faudrait intégralement recréer un réseau énergétique spécifique pour l’électricité renouvelable. Vous imaginez le temps ainsi que le coût que cela demanderait ? À l’heure actuelle ce n’est pas envisageable. 

Néanmoins, certains acteurs n’hésitent pas à casser du sucre sur ce système. Voyons ensemble ce qu’il en est vraiment.

Les garanties d’origine certifient une consommation passée


En effet, celles-ci sont utilisées pour certifier une consommation passée. Il n’est pas possible d’indiquer aux client-e-s quelles seront les garanties d’origine utilisées pour leur consommation future. Cela signifie également que l’électricité verte produite n’est pas forcément injectée sur le réseau en temps réel

Les garanties d’origine proviennent souvent de centrales éloignées du lieu de consommation de l’énergie


C’est effectivement quelque chose qui peut arriver. Néanmoins, le réseau européen reste interconnecté et, que les garanties d’origine proviennent de France ou bien d’autres pays, elles soutiennent, quoi qu’il arrive, la production d’énergie renouvelable. 

Bien évidemment, développer la production d’énergie renouvelable en France et nous permettre d’être plus indépendant énergétiquement, a aussi son importance non négligeable.

Les garanties d’origine qualifiées de « greenwashing »


Certains qualifient ce système de « greenwashing » car il permettrait d’acheter de l’électricité « grise » sur le marché et de la « verdir », contrairement à un achat conjoint de l’électricité et des GO au même producteur

Pourtant, cette pratique n’est pas plus « verte » qu’un « simple » achat de GO : dans les deux cas, la garantie d’origine est le seul moyen contrôlé de s’assurer qu’un kWh d’énergie verte a été injecté pour chaque kWh consommé. En revanche, il est vrai de dire que le système d’achat conjoint permet au consommateur de mieux choisir où va son argent. Il s’agit donc plutôt d’un choix de catégories de producteurs (locaux, de petite taille, etc.) que du choix d’une énergie « verte » ou « moins verte ».

Chez ekWateur, c’est le choix de l’énergie verte pour tous qui nous importe d’abord, pour créer une demande massive d’énergie renouvelable permettant de renforcer leur dynamique de développement et de soutenir aussi les installations existantes. Ensuite, nous laissons à nos client-e-s le choix d’ajouter à cette ambition celle de soutenir des installations de production de petite taille situées en France. C’est ce que nous proposons dans notre offre « Petits Producteurs ».

Des sanctions pour les fournisseurs d’énergie verte qui ne respectent pas ce système


Un fournisseur d’électricité (ou de gaz) vert qui vend une énergie dite 100% renouvelable n’a qu’un seul moyen de le faire et de le prouver : l’achat et l’annulation des garanties d’origines nécessaires. S’il ne le fait pas, il s’expose à des sanctions de la Direction Générale de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes. Cela permet ainsi d’éviter que certains fournisseurs soient tentés de se cacher derrière une étiquette verte qui n’en est pas une.

Quelle évolution pour le système des garanties d’origine ?


Une obligation d’adéquation mensuelle des garanties d’origine a été mis en place en France le 1er janvier 2021. Cela signifie que les GO produites lors d’un mois donné ne pourront être utilisées que pour couvrir la consommation de ce mois de production. Cela complexifie, pour les fournisseurs d’énergie, l’approvisionnement en garanties d’origine. Néanmoins, cela permettra aussi une certification plus juste, plus proche d’une certification « au temps réel ». En ce sens, cette évolution du dispositif est saine car elle va imposer toujours plus de rigueur dans le traitement des énergies vertes.

On ne peut qu’espérer que ce traitement soit harmonisé au niveau européen (ce qui n’est pour l’instant pas le cas, les autres pays restent aujourd’hui à une granularité annuelle). 

Ces mécanismes propres au marché de l’énergie peuvent être difficiles à saisir. On espère, avec cet article, vous avoir permis de vous approprier un peu plus le dispositif des garanties d’origine. Chez ekWateur, la transparence sera toujours de mise !